L’enseignement : une profession noble

14 novembre 2013, 15h24

Chroniques de campagne

Récemment, j’ai eu l’occasion d’assister à la Soirée de retrouvailles des diplômés de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal qui rassemblait des professeurs, chercheurs et étudiants et au cours de laquelle la Faculté remettait des bourses d’excellence à des étudiants. L’honorable Liza Frulla, diplômée et présidente du Cabinet facultaire, était également présente et a parlé de Campus Montréal lors de son allocution.

À titre de directeur exécutif de Campus Montréal, je participe fréquemment à des événements à HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l’Université de Montréal. Ces rassemblements sont toujours agréables pour moi puisque j’ai la chance d’y côtoyer des gens de talent, d’avoir d’intéressantes discussions et de faire des rencontres enrichissantes. Toutefois, cette soirée à la Faculté des sciences de l’éducation était pour moi symbolique, puisque j’ai exercé le métier d’enseignant au secondaire au début de ma carrière, pendant 11 ans, soit de 1969 à 1980. C’était donc un honneur pour moi d’être présent et de pouvoir prendre la parole.

Dans mon discours, j’ai voulu encourager  les nouveaux enseignants et les étudiants qui le deviendront sous peu. Pour moi, l’enseignement est l’une des carrières les plus nobles. Ce métier est axé sur l’avenir des jeunes et leur développement. Toutefois, je suis conscient que les jeunes enseignants peuvent éprouver certaines difficultés à leurs débuts. Pour ma part, quand j’ai commencé à enseigner, à 23 ans, certains de mes élèves avaient déjà 16 ans. C’est une mince différence d’âge et il peut être difficile de faire respecter la discipline dans ce contexte. C’est pourquoi je veux leur témoigner mon soutien et les inciter à persévérer parce que le résultat est gratifiant. Par exemple, cette semaine, je donnais une conférence sur Obama aux Belles soirées de l’Université de Montréal. À la fin de ma conférence, un de mes anciens étudiants qui mène une belle carrière en tant qu’avocat, est venu me présenter sa nièce qui étudie en droit à l’Université de Montréal. Il m’a demandé si je pouvais la conseiller dans son choix de carrière. Non seulement cet ancien étudiant se souvenait de moi, mais il me demandait conseil! Cette confiance et cette reconnaissance m’ont fait chaud au cœur, mais j’ai compris par le fait même à quel point les enseignants sont importants dans l’évolution d’un jeune.

Ainsi, sachez que le métier que vous exercerez est essentiel au transfert des connaissances, mais qu’il vous amènera également à jouer un rôle important dans la vie des jeunes que vous côtoierez, parfois même à votre insu. Rien n’est plus valorisant que de servir d’inspiration aux autres. Être enseignant, ce n’est pas un travail, c’est une profession, une vocation. J’en profite donc pour lever mon chapeau à tous les enseignants et professeurs de Campus Montréal. Vous faites le métier le plus noble qui soit et vous préparez l’avenir!

Sur la photo : boursiers, donateurs, Madame Liza Frulla, diplômée de la Faculté et présidente du Cabinet facultaire, la doyenne Mme Louise Poirier,  et M. John Parisella.

 

Afficher un commentaire

0 de 1000 caractères