Monique F. Leroux, une fière porte-parole du modèle coopératif

14 avril 2016, 15h30

De 2008 à 2016, Madame Monique F. Leroux a été présidente du conseil et chef de la direction du Mouvement Desjardins, un poste haut en défis. Non seulement elle a été la première femme en 108 ans à la tête du Mouvement, mais elle aussi devenue l’une des femmes les plus influentes au Canada. En effet, le Mouvement Desjardins est le premier groupe coopératif au Canada, et le cinquième au monde, avec un actif de près de 250 milliards de dollars. Ces 48 000 employés et ces 5000 dirigeants en font d’ailleurs  l’un des 20 plus grands employeurs canadiens. C’est donc la tête haute que Madame Leroux a officiellement terminé son mandat chez Desjardins le 9 avril dernier. Toutefois, ce départ n’est en rien d’un adieu puisqu’elle continuera à faire briller le modèle coopératif à travers différents projets.

Le modèle coopératif est, pour Monique F. Leroux, son cheval de bataille.  Sa capacité à redéfinir et moderniser le modèle coopératif lui vaudra d’être nommée à la présidence de l’Alliance coopérative internationale (ACI) lors de la dernière l’Assemblée générale qui s’est tenue le 13 novembre 2015 en Turquie. Elle est aussi présidente du Conseil international des gouverneurs, qui chapeaute l’Institut international des coopératives Alphonse-et-Dorimène-Desjardins. Cet institut, qui vise à regrouper les grands influenceurs internationaux du milieu des coopératives, a été lancé en 2014 par le Mouvement Desjardins et HEC Montréal dans le cadre de la 2e édition du Sommet international des coopératives. Pour Monique F. Leroux avoir l’esprit coopératif, c’est d’abord une question de leadership et d’engagement auprès des communautés. En accord avec cette philosophie, elle a décidé de s’impliquer dans le Conseil des gouverneurs du 375e anniversaire de Montréal.

Le modèle coopératif, Madame Leroux y croit au sens large.  Pour elle, il s’agit d’un maillage entre les universités, les entreprises et les communautés. D’ailleurs, son engagement auprès de Campus Montréal et des établissements le confirment. Madame Leroux est membre du cabinet de Campus Montréal et œuvre comme vice-présidente du conseil de l’Université de Montréal. C’est aussi sous sa gouverne que le Mouvement Desjardins a fait un don remarquable de 4,5 millions $ à la grande campagne. Elle affirmait dans une vidéo tournée dans le cadre d’un événement de maillage entre les universités et les PMEs : « Chez Desjardins, nous avons nous-mêmes des besoins en tant qu’entreprise, et nous sommes heureux de pouvoir collaborer avec HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l’Université de Montréal pour obtenir un ‘’input’’ que Desjardins ne serait pas nécessairement en mesure de développer lui-même. » Pour elle, la coopération va donc bien au-delà d’un modèle d’affaires. Il s’agit d’une façon de faire, d’une façon d’être.

Les nombreux honneurs qu’elle a reçus témoignent de son apport exceptionnel au modèle coopératif. Elle est officière de l’Ordre national du Québec et de l’Ordre du Canada, chevalière de la Légion d’honneur française et docteure honoris causa de huit universités canadiennes, dont l’Université de Montréal, sous recommandation de HEC Montréal.

Je tiens à féliciter et remercier Madame Leroux pour ses nombreuses réalisations et je lui souhaite le plus grand des succès dans les nouveaux projets qu’elle entame. Par le fait même, je tiens à féliciter son successeur, M. Guy Cormier, diplômé de HEC Montréal. Avec un de nos diplômés à la tête du Mouvement, je ne peux qu’être confiant pour l’avenir de Desjardins!

Sur la photo : Madame Monique F. Leroux lors de l’annonce du don de 4,5 millions $ à la grande campagne Campus Montréal

Afficher un commentaire

0 de 1000 caractères