new Date().getTime(),event:'gtm.js'});var f=d.getElementsByTagName(s)[0], j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l='+l:'';j.async=true;j.src= '//www.googletagmanager.com/gtm.js?id='+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f); })(window,document,'script','dataLayer','GTM-WGWP2C');

Étendre la portée d’un talent

17 décembre 2014, 10h45

Talents d’ici

Honorer quelqu’un, c’est la plupart du temps une action collective. Paradoxalement, quand on reçoit un honneur, on est souvent seul ou en groupe restreint.  Reconnaître des accomplissements, souligner une contribution, c’est souvent donner une valeur supérieure à des efforts individuels. C’est déclarer à une personne une portée qu’elle n’a pas soupçonnée – et ça peut provoquer chez elle un léger et doux vertige.

J’ai eu le grand honneur de recevoir, le 6 novembre 2014, un doctorat honoris causa de l’Université de Montréal, sur recommandation de Polytechnique Montréal. Lorsque la vice-rectrice à l’innovation a mentionné quelques-unes des personnes que l’Université a honorées de cette façon au fil des années, j’ai senti le sol se dérober sous mes pieds.  Devant mes confrères, mes associés, mes collègues de projets, ma famille, les projecteurs étaient braqués sur moi. J’ai senti l’émotion et la fierté de mon père et de mon conjoint, membres de la famille de l’ingénierie québécoise qui se réunissaient pour honorer une des leurs.

Mes études en génie et en gestion, ainsi que mon parcours professionnel et personnel, m’ont bien préparée à toutes sortes d’éventualités – je suis une personne de solution, d’engagement, d’action et d’équipe. Si j’ai senti un vertige en recevant cette distinction, il n’a été que passager. En effet, en acceptant un tel honneur, j’accepte bien volontiers la responsabilité qui l’accompagne. Mon université affirme mes accomplissements en ingénierie, mais déclare, du même coup, mon devoir de leadership et ma capacité à servir la société au meilleur de mes habiletés.

Pour relever un tel défi, bien que je sois honorée seule, je ne suis en aucun cas solitaire. Mon entourage m’accompagne depuis le premier jour de mon entrée à Polytechnique Montréal puis à HEC Montréal. Ma famille, mes associés et les membres de mon équipe de travail sont présents et m’appuient aujourd’hui dans mon engagement à soutenir l’éducation supérieure et redonner à la société comme membre du Cabinet de la grande campagne Campus Montréal.

Tous les talents sont requis pour bâtir un monde meilleur, et je souhaite partager avec tous ceux et celles qui m’ont appuyée et inspirée, la reconnaissance que j’ai reçue. Ensemble, nous pouvons faire de grandes choses.

Par Hélène Brisebois, présidente de SDK et associés

 

Afficher un commentaire

0 de 1000 caractères