Centre d’apprentissage des attitudes et habiletés cliniques : des mannequins intelligents forment de futurs médecins

4 juin 2014, 15h55

Chroniques de campagne

Quelques distingués invités, dont le Dr Thomas Cannell, président et directeur général de Merck Canada, ont pu visiter, le 5 mai dernier, le Centre d’apprentissage des attitudes et habiletés cliniques (CAAHC) de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, dans le cadre d’un événement de reconnaissance pour le don de 4 M$ de Merck Canada à la Faculté.

Inauguré en 2009, le CAAHC accueille chaque mois plus de 1000 étudiants de tous les niveaux et de toutes les disciplines médicales. « La salle de haute fidélité accueille un ratio de deux professeurs pour quatre étudiants, tandis que les salles de fidélité moyenne accueillent un professeur pour huit ou dix étudiants », expliquait le Dr Jean-Victor Patenaude, directeur du centre, aux représentants de Merck Canada qui participaient à la visite.

La salle de haute fidélité, avec ses installations identiques à celles que l’on trouve dans une salle d’opération d’un hôpital moderne, constituait le point culminant de la visite des 18 salles de formation polyvalentes. À l’aide de mannequins haute fidélité, qui peuvent simuler différents scénarios, comme un arrêt cardiaque ou une anesthésie, les étudiants peuvent mettre en pratique leurs compétences, être observés par leurs professeurs derrière des miroirs et être filmés lors de leurs interventions afin de procéder ensuite à une rétroaction. « Les mannequins ont tous leurs spécificités, expliquait le Dr Patenaude. Certains peuvent être intubés, d’autres peuvent être massés ou encore accouchés. Nous avons des mannequins pour faire des examens de l’abdomen et d’autres pour faire des ponctions lombaires. »

Au CAAHC, les futurs médecins côtoient de futures infirmières et des étudiants d’autres professions de la santé, afin que l’évaluation des performances soit basée à la fois sur les compétences cliniques, mais aussi sur le travail d’équipe et la collaboration interdisciplinaire. « Les mannequins ne parlent pas, sauf par l’intermédiaire de micros, précise le Dr Patenaude. Afin de simuler les relations médecins-patients, nous avons donc recours à des acteurs qui peuvent mimer des réactions d’agitation. »

Un don de 4 millions de dollars de Merck Canada

L’approche innovatrice de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, avec ce centre d’apprentissage, a permis d’établir d’importants partenariats en recherche et développement. La visite du 5 mai dernier était organisée pour célébrer un don de 4 millions de dollars octroyé à l’Université de Montréal par Merck Canada, le 3 octobre dernier. « Ce don met en évidence l’importance de la recherche translationnelle en milieu universitaire, mentionnait Raymond Lalande, vice-recteur aux études à l’Université de Montréal. Il faut jeter plus de ponts entre le milieu de la recherche fondamentale et celui de la recherche clinique. C’est ainsi que nous répondrons de façon plus adéquate aux défis de santé de notre époque. »

Le don de Merck Canada permettra le démarrage des activités de recherche de jeunes et la mise en place de nouvelles équipes de chercheurs d’envergure en santé. « Les équipes formées seront appelées à faire évoluer la recherche translationnelle et à créer un réel partenariat entre les chercheurs, les équipes médicales et les patients, a indiqué Dre Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Avec ce don, nous prioriserons la recherche sur le système cardiométabolique, le système cardio-rénal, l’oncologie, les neurosciences ainsi que l’immunologie, les infections et l’inflammation. Les axes de recherche ciblés par Merck Canada auront un impact déterminant sur l’évolution de la connaissance en santé et, ultimement, sur l’amélioration du bien-être de la population. »

« Nous sommes très fiers de faire cette contribution à l’Université de Montréal et de pouvoir aider ses 465 unités de recherche et les 700 chercheurs de la Faculté de médecine », a déclaré le Dr Thomas Cannell. Le président et directeur général de Merck Canada s’est également réjoui de pouvoir contribuer à « toutes les avancées scientifiques qui pourront améliorer les résultats cliniques et les pratiques cliniques et aider les patients au Québec et partout dans le monde. »

Sur la photo : Dr Jean-Victor Patenaude, directeur du Centre d’apprentissage des attitudes et habiletés cliniques (CAAHC) de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, explique le fonctionnement d’un des mannequins haute fidélité du centre à Dr Thomas Cannell, président et directeur général de Merck Canada.

Crédit photo : Amélie Philibert, Université de Montréal

Afficher un commentaire

0 de 1000 caractères